Parution sur le site Initiatives Écologiques le 8 août 2018 (voir l’article original).

S’engager pour un monde plus juste, en achetant des vêtements conçus dans le respect des Hommes et de l’environnement, on dit OUI ! Mais comment acheter des vêtements à la fois neufs, à prix abordable et tendance ? Julie propose une solution avec sa marque et boutique en ligne au doux nom de « Cœur Grenadine ».

Enfin une marque éthique et tendance

« Coeur Grenadine », c’est l’histoire d’une marque imaginée pour les « femmes paillettes », ces femmes qui aiment ce qui brille, c’est-à-dire « les boules à facettes, les vestes à strass, les crêpes au beurre » comme aime le préciser Julie. On découvre son univers avec délice à travers une expérience 100% digitale via un e-shop et sur les réseaux sociaux.
Pour se plonger dans l’ambiance, rendez-vous sur les comptes Facebook et Instagram de la marque. Au programme : des lunettes de soleil en forme de coeur, un sirop de grenadine, la plage qui s’invite timidement entre les couleurs acidulées des vêtements.

coeur grenadine instagram

Photo : Instagram « Coeur Grenadine »

Le ton est donné, c’est sous cet air de légèreté que les premiers T-shirts de « Coeur Grenadine » défilent, il sont en tissus bio certifiés GOTS et FairWearFoundation. « Je voulais créer une ligne de vêtements tendance, éthique et glamour, explique Julie. Je voudrais montrer que l’éthique n’est pas forcément moralisateur et qu’il peut être présenté de façon plus joyeuse en cultivant un rapport de complicité avec le client« .

Le site web présente cette première collection en toute transparence. Origine des tissus, pays de confection, conditions de production… Tout est renseigné sur les fiches produit. Un défaut ? Julie ne vous cache rien et vous explique chacune de ses décisions.

coeur grenadine mode ethique

Photo tirée de la homepage « Coeur Grenadine »

Un long chemin avant de sortir les premiers modèles

Ces T-shirts sont les premières créations de Coeur Grenadine et le fruit d’un long travail mené depuis plus d’un an par Julie.

La créatrice était salariée au sein d’une grande enseigne de prêt-à-porter pendant plusieurs années avant de quitter la France pour une année sabbatique en Asie et en Amérique du Sud. A son retour, des envies de liberté et de sens lui ont donné le courage de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

Elle est passée de l’idée à l’action en se rendant d’abord au salon « Créer » (aujourd’hui appelé « Business Power »), qui a lieu chaque année à Lille Grand Palais. La formation AUDACE à laquelle elle s’est inscrite lui a permis d’entrer dans le concret en présentant son projet à d’autres et en affinant son positionnement. Autre acteur qui a soutenu Julie : « Nord Actif« . Cette association se porte garant pour son emprunt et lui accorde un prêt participatif.

Monter un business plan, trouver des fournisseurs, développer un site internet… Toutes ces tâches étaient nouvelles pour Julie, issue du marketing. « Au début, je ne savais pas exactement ce que je voulais faire. » Nous confie-t-elle « Je me suis rendue compte que j’étais loin de maîtriser tout le processus de création des vêtements. Je ne savais pas qu’un styliste n’était pas formé pour la réalisation de patrons par exemple ! Autre difficulté : ce n’est pas facile de trouver un financement dans la mode aujourd’hui. Les investisseurs sont méfiants, le marché est saturé et très concurrentiel. »

Comment fait-on face à ces difficultés, quand on est une jeune femme qui se lance seule ? Julie répond à cette question avec beaucoup de pragmatisme « J’essaie d’y aller étape par étape, ne pas regarder tout de suite le sommet de la montagne. Et j’ai aussi su trouver les bonnes personnes pour m’accompagner, car tous les conseils ne sont pas forcément bons à prendre. »

Au fil de son parcours, l’entrepreneuse a trouvé un atelier d’insertion pour la confection de sa future collection Made in Hauts-de-France. Cet atelier lui a permis de bénéficier de conseils de professionnels et des bons contacts pour la fabrication des vêtements. Les salariés sont des personnes en difficultés professionnelles qui y travaillent pour gagner en autonomie et en confiance. Julie aime les impliquer dans le processus de création en leur demandant leur avis.

Côté fournitures, elle rachète des restes de rouleaux de tissus de grandes maisons de coutures, des matières premières qui seraient jetées si personne ne les exploitait. Les avantages sont que cela permet la réutilisation textile plutôt qu’une nouvelle production, très polluante et gourmande en eau ! De plus, les matières sont d’excellente qualité, les prix sont très avantageux par rapport à du tissu neuf, et les séries sont produites en très petites quantités, garantissant des vêtements originaux. Le petit plus : le tout provient d’Europe, réduisant l’impact écologique du transport.

Et la suite ? Julie nous chuchote que sa nouvelle collection est bientôt prête et qu’elle sortira début septembre. On a hâte !

Les inspirations de Julie

Comme à chaque rencontre, nous aimons demander quelles personnalités, quels médias inspirent notre invité. Julie nous présente quatre sources d’inspiration :

  • Le podcast « Commencer » : cette émission audio produite par Nouvelles Ecoutes documente la naissance de la marque 17H10. Le duo de créatrices s’enregistrent tout au long de leurs démarches. La réalisation est dynamique, rythmée et l’auditeur est plongé dans le quotidien des entrepreneuses.
  • Le podcast « Nouvelle Ecole » : un podcast indépendant animé par Antonin Archer. Les parcours présentés sont inspirants et les discussions profondes.
  • L’exposition David Bowy : Julie s’est récemment rendue à New-York et a eu l’occasion de visiter l’exposition dédiée à l’artiste. Elle ne connaissait pas très bien le personnage mais s’est laissée transportée par l’univers du chanteur / compositeur / styliste, un homme qui ne rentrait dans aucune case.
  • Beyonce : l’exemple même d’une femme qui a beaucoup travaillé et a persévéré pour réussir. En s’affirmant, elle est aujourd’hui un symbole qui inspire beaucoup de femmes et les aide à prendre confiance en elles.

Le coup de coeur de la rédac’

La rédac’ a craqué pour le T-shirt « Winnie Harlow ». Winnie est une mannequin canadienne atteinte de vitiligo, une dépigmentation de la peau. Aussi atypique que magnifique, cette jeune femme représente aujourd’hui le portrait d’une génération qui fait bouger les codes de la mode. Un très joli symbole qui accompagne à merveille l’image de Coeur Grenadine.

Winnie Harlow

Photo : Initiatives

Où retrouve-t-on « Coeur Grenadine » ?

Retrouvez Coeur Grenadine sur le site de la marque et les réseaux sociaux :

 

[button link= »https://coeurgrenadine.fr/e-shop/ » size= »xl » icon= »heart » bg_color= »#e29c9f »]Voir l’e-shop[/button]

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.